Construction du canal de Berry
 
En connaitre un peu plus sur le canal de Berry
     
Sommaire
Tourisme
Vie locale
Histoire
Produits locaux
Photos
 

Le canal de Berry

Charme du canal de Berry

Le canal de Berry est un très vieux projet qui remonte à 1483 sous Louis XI.
Les dirigeants se succédant au fil des siècles en reprendront toujours l'idée, mais celle ci n'aboutira qu'en 1807 sous Napoléon Ier.

Long de 320 kilomètres, avec un dénivelé de 245 mètres exigeant une écluse tous les 3 kilomètres, il sera effectivement terminé 32 ans plus tard, en 1839.
Ses différentes branches desservent les villes de : Montluçon, Saint-Amand-Montrond, Sancoins, La Guerche-sur-l'Aubois, Marseilles-lès-Aubigny, Dun-sur-Auron, Bourges, Mehun-sur-Yèvre, Vierzon, Thénioux, Selles-sur-Cher, Noyers-sur-Cher.
Il traverse 3 départements : l'Allier, le Cher et le Loir et Cher.

Le financement maigre pour sa construction, des prisonniers espagnols furent employés à son creusement.
L'ingénieur Mr Dutens responsable du projet, poussé à faire des économies décida de réduire la largeur des écluses la ramenant de 5.20m à 2.70m, estimant ainsi réduire d'un tiers le coût des ouvrages.
Son approvisionnement en eau provenant principalement du Cher et de l'Auron durant toute l'année, était aussi un problème. Des étangs servants de réservoirs furent aménagés de ci de là sur le parcours.
De beaux ouvrages de ponts, pont canal, ponts levis furent aménagés le long du canal.
Sa largeur, sa profondeur et la largeur de ses écluses à 2.70 mètres, n'autorisait que la navigation de péniches particulières étroites et à fonds plats, dites "berrichonnes", interdisant le passage des péniches d'autres canaux.

Une des 116 écluses du canal de Berry

De près de 900 péniches à sa naissance, il n'en restait plus que 165 à la seconde guerre mondiale. Le déclin du canal commenca vraiment en 1912 et on arrêta la construction de péniches berrichonnes en 1924.
Ces péniches berrichonnes fabriquées spécialement pour ce gabarit transportaient 60 tonnes maximum, elles mesuraient 27.50m de long et 2.60m de large.
Elles étaient tractées par des mules, des chevaux ou des ânes, mais aussi sur des courtes distances par des hommes.
Le canal c'est aussi la plantation de 190000 arbres dont 150000 peupliers, ainsi que platanes, merisiers, ormes, acacias, noyers et autres fruitiers, plantés selon un code.
Une essence d’arbre correspondait à un ouvrage d’art et servait à signaler sa présence.
Il fut appelé canal du Cher puis canal du Duc de Berry et finalement resta sous l'appelation canal de Berry.

Pensé à courte vue et à l'économie, ce canal de petit gabarit dépérira très vite avec l'arrivée du train et la construction de routes praticables.
C'était le temps des petits boulots qui faisaient vivre maintes familles aussi, et des éclusiers ouvraient et fermaient les écluses au passage des péniches.
Il reste des maisons éclusières sur le parcours du canal, certaines ont été détruites d'autres réaménagées et d'autres abandonnées.


Le 3 Janvier 1955 fut signé le décret de déclassement avec effet au 1er Février et aliénation du Canal de Berry.
Il ne reste de cette parenthèse de vie et de labeur éreintant plus grand chose maintenant qu'il est déclassé et même remblayé à certains endroits. Que la douceur de vivre et le calme.
Gardez à l'esprit en marchant sur les chemins de halage, la peine et les souffrances des gens qui l'ont construit et l'ont fait vivre.
Curieusement on peut traverser les villes et villages au bord du canal de Berry et s'y croire au milieu d'une nature abandonnée à elle même et préservée.

Balade sur les berges du canal - Incendies au 19ème siècle