Le travail du merrandier
 
   
Le savoir faire du merrancier
Sommaire
Tourisme
Vie locale
Histoire
Produits locaux
Photos
 

LE BOIS ET LE VIN

 

 Le vin conservé et vieilli en fût de chêne

De plus en plus le vin est conservé dans des cuves en inox, mais pour les grands crûs le tonneau de chêne reste le must.

Le merrandier est le fabricant des pièces de bois constituant les tonneaux et barriques.

Les merrains également  appelés douelles, sont les morceaux de bois constituant un tonneau, généralement en chêne. Ces morceaux de bois ne sont pas à confondre avec des planches, en effet ils ne sont pas sciés mais fendus. En respectant le fil du bois, pièce par pièce. Le merrain ne doit comporter aucun défaut.

L'artisan doit donc savoir lire le bois. Les nœuds, les picots les queues de vaches et autres maladies du bois qui risquent de donner un mauvais goût au vin, sont donc bannis.

Le travail de fente terminé, les merrains sont délignés, rabotés toujours en respectant la courbe du bois afin d'obtenir toujours la même épaisseur sur toute la longueur de la douelle. Le merrain est alors séché en plein air pendant deux ou trois ans, avant d'être vendu aux tonneliers.

Soumis aux intempéries, le merrain développe des champignons microscopiques qui sous la chauffe des tonneliers, libèrent des arômes du bois. Le merrandier conseille les tonneliers et vignerons sur l'origine et les caractéristiques du bois (plus ou moins riche en tanin selon le grain).

Les forêts du centre sont d'ailleurs réputées dans le monde entier pour la qualité de leurs chênes. Les arômes du chêne ne doivent pas dominer le vin, mais simplement lui permettre de développer son bouquet personnel. C'est pourquoi seuls les vins de caractère supportent d'être en fût de chêne.

En ce moment, le tonneau a le vent en poupe. Les merrains s'exportent à 80%. Un certain nombre d'entreprises se sont crées. Mais le métier s'apprend principalement par transmission du savoir faire. La tendance actuelle pour faire face à la demande, délaisse la tradition au profit de la rentabilité. Ce qui fait bondir les merrandiers traditionnels. En France, la production de merrains est passées de 15.000 mètres cubes en 1992, à plus de 50.000 en 1998 !

Les goûts et arômes délivrés par un séjour en fût de chêne de bonne qualité, n'a strictement rien à voir avec le jet de quelques kilos de sciures de chêne jetés dans une cuve en aluminium où fermentent certains vins. La qualité se sent toujours.

Contenance des bouteilles

Un merrandier traditionnel du Cher
Monsieur Camille GAUTHIER
31, Route des petites Bruyères
18390 - Méry es Bois
02 48 81 54 54
Visites possibles sur demande

La carte du vignoble du Cher