Paoli le traitre
 
Il y a maintenant 69 ans à Bourges !
     
Sommaire
Tourisme
Vie locale
Histoire
Produits locaux
Photos
 

Paoli le tortionnaire

Paoli au temps de sa splendeur

Dans les rangs de la résistance, sa tête était mise à prix. C'est ainsi que le 15 Aout 1943 à Aubigny une rafale de balles l'atteignit dans son véhicule, mais Paoli le traitre survécu.

Il fut effrayé et un désir extrême de vengeance l'animait maintenant. Après sa guérison, il redoubla de zèle. Son activité d'interrogatoires, de tortures et de déportations était maintenant menée à une cadence infernale.

Entre autre, les biens mobiliers de l'individu recherché ou interrogé étaient "saisis", sa famille quelquefois torturée et déportée. Les prisonniers torturés de manière inimaginable. Arrêtés quelquefois sans preuve, sur une rumeur ou une lettre anonyme (et oui ! il y avait aussi des "paoli" scribes et anonymes à cette époque. Peut être même que ces derniers se sont aussi permis de tondre quelques têtes à la libération...)

Enfermés quelques semaines après un ou plusieurs interrogatoires maison, selon l'humeur de l'inquisiteur, quelques uns eurent la chance de s'en sortir vivants et de pouvoir témoigner.

Cette activité perdura jusqu'à la débacle le 6 Aout 1944, jour ou il quitta Bourges avec les troupes allemandes, passant par Dijon et Nancy où il laissa également des traces de son passage.

Paoli prisonnier au Bordiot

 

Paoli fut arrêté le 16 Mai 1945 à Fiensburg au Danemark par la police britanique. Il fut ramené à Bourges. Après son arrestation le gestapiste français avait perdu de sa superbe. Pierre Paoli avouera plus tard entre 200 et 300 arrestations et tortures...

Suite... Le procès Paoli

Bourges en 1940 - L'affaire Paoli - Les puits de Guerry